Une fresque contre le harcèlement dans un collège

A peine revenue de mes 5 jours d'intervention dans une école primaire dans le Gard, je suis repartie dès le lendemain dans un nouveau projet, très différent : une fresque dans un collège de Montpellier.


Durant l'année scolaire, un groupe d'élèves volontaires de Quatrième a travaillé sur le thème du vivre ensemble et a été formé pour devenir des ambassadeurs et eux-mêmes sensibiliser leurs camarades au harcèlement scolaire. Ils ont monté plein de projets, comme un court-métrage, la création de marque-pages et porte-clés... et la finalité, c'était de peindre une fresque dans la cour de leur collège.


Le mur à peindre - environ 7m50 x 2m
extrait de l'ébauche

J'ai eu le bonheur d'être sollicitée pour participer à ce beau projet. Le collectif d'élèves avait déjà réfléchi au contenu, et il devait y avoir sur le dessin des silhouettes, des pancartes avec des messages, le collège et des immeubles représentant leur quartier. Ah, et aussi, il fallait absolument représenter Alfredo, leur mascotte !


J'ai donc proposé d'abord une ébauche, pour poser la structure globale du dessin et la dynamique des silhouettes. J'ai eu l'aval des enseignantes qui mènent le collectif, je suis donc passée au dessin complet, mais sans les silhouettes : puisque celles-ci allaient être faites directement sur le mur à partir d'élèves, je ne pouvais pas anticiper leur taille et leur position exacte. Il me fallait donc dessiner tout le fond !


Le dessin préparatoire, qui a un peu souffert lors de la réalisation !

Ensuite, c'est parti pour la réalisation sur le mur ! La première étape a été de faire des contours d'élèves pour les silhouettes. Nous en voulions 12, avec variété de taille, de corpulence et de genre. Par petits groupes de 2 ou 3, des élèves volontaires - parfois attrapés au vol pendant leur récréation ! - sont venus jouer les modèles en proposant même parfois des positions suggérant la revendication et/ou la fraternité.


Une fois fait, c'est l'étape assez laborieuse du quadrillage. Elle aurait pu être réalisée en amont, comme pour la fresque faite dans cette école en mars, mais comme les silhouettes allaient occuper une part assez importante du dessin, c'était dommage de s'embêter à quadriller la totalité du mur. Cela permettait aussi de gagner en clarté, car plus il y a de lignes, plus c'est difficile de différencier le dessin du quadrillage !



A la fin de la journée, j'avais terminé le quadrillage avec l'aide précieuse d'un élève qui n'avait pas cours, et j'avais commencé le dessin des immeubles. Je savais que dès le lendemain, les élèves du collectif seraient là pour commencer à peindre, il fallait donc qu'ils aient matière à commencer !

le mur à la fin de la première journée

Ah, et vous aviez peut-être remarqué sur les photos qu'il fait un temps magnifique ? En réalité, les températures étaient caniculaires à ce moment-là ! J'avais prévu un chapeau, mais il a vite été évident que ce ne serait pas suffisant et que j'allais me dessécher au soleil ! Marine, une des profs, s'est démenée pour que je puisse travailler dans de bonnes conditions, et dès l'après-midi, elle m'avait ramené un parasol, de la crème solaire et un brumisateur... ma sauveuse !



Je suis sûre que, comme moi, vous avez hâte de passer à la peinture. C'est quand même le meilleur !

Comme promis, j'ai eu des petits assistants de première qualité pour me seconder. Selon leurs cours et leurs disponibilités (et leur envie aussi, il faut bien l'avouer), il venaient se mettre à "mon service" pour une ou quelques heures.


Selon les moments, je peignais avec eux ou je les guidais uniquement. Même à seulement deux ou trois, je devais être très présente auprès d'eux pour leur dire où peindre, les aider, les conseiller sur leur technique (en gros, surveiller qu'ils ne fassent pas n'importe quoi !!), mais aussi les refournir en peinture, refaire leurs mélanges... Difficile alors de me concentrer sur autre chose, comme la suite du dessin ou peindre moi-même. Mais j'y suis parvenue quand même par moments !


Quelle concentration !
Mon trio gagnant d'assistants !

Le vendredi soir, après 2 jours 1/2 de peinture (impossible de rester dans le collège le mercredi après-midi pour continuer à peindre, il fermait complètement ses portes !), le travail était bien avancé mais loin d'être terminé : il restait quelques éléments du fond à peindre, de la verdure, des fenêtres, un petit truc par-ci, un autre par-là, tous ces petits détails accumulés qui prennent au final beaucoup de temps ! Et surtout, il restait à peindre toutes les silhouettes.


avancée de la peinture le mercredi midi
avancée de la peinture le jeudi soir
avancée de la peinture le vendredi soir
A 8h20, déjà sur le pont !

Mon objectif était de terminer complètement le fond le matin, pour pouvoir consacrer l'après-midi aux silhouettes. La journée s'annonçait intense, car pour pouvoir dégrader les couleurs dans les silhouettes, il était impératif de les terminer une fois commencées, afin que la peinture soit toujours humide : une fois sèche, elle ne se mélange plus et on ne peut plus dégrader !


Et c'est heureusement ce qu'on a pu faire ! J'avais 6 élèves à disposition pour 12 silhouettes, nous avons donc fait en 2 fois, chaque élève peignant une silhouette pour que celles-ci avancent en même temps et puissent se mélanger de l'une à l'autre.


En fin d'après-midi, Marine est venue nous prêter main forte, avant que tous les élèves partent pour un goûter partagé bien mérité ! J'ai ensuite repris quelques silhouettes pour que les dégradés soient bien fluides et homogènes, mais dans l'ensemble mes petits apprentis avaient super bien bossé, avec attention, minutie et surtout patience, bravo à eux !

La fin du travail approche !

A la fin de la journée, il ne restait plus que "quelques" détails qui allaient nécessiter encore une bonne grosse demie journée de travail.

Avancée de la peinture le lundi soir, ça a l'air fini comme ça mais en fait non !

Dans les derniers détails, il fallait faire quelques retouches (quelques erreurs de couleurs ou des contours pas assez nets), écrire les messages sur les pancartes et faire tous les contours au Posca, afin que les silhouettes et les éléments architecturaux ressortent bien. J'ai reçu l'aide précieuse d'Hamza, qui est revenu ce jour-là alors qu'il n'avait plus de cours... Et voici le résultat final !



Merci aux professeures d'espagnol Marine et Carmen pour leur confiance, ainsi qu'aux élèves du Collectif des écoliers pour leur énergie et leur implication dans ce beau projet plein de couleurs !


La fresque se voit de loin !

Vous aimeriez vous aussi embellir un mur de votre établissement tout en faisant participer vos élèves à un projet à la portée à la fois créative et éducative ? N'hésitez pas à me contacter, je m'adapte à votre demande !


Retrouvez comment monter un projet de fresque sur la page des interventions.













Catégories :