5 jours dans une école primaire

Juin a été un mois très rempli, riche en interventions et projets super stimulants. Voici ce que j'ai fait dans une petite école du Gard où je suis restée 5 jours, de quoi faire toutes les classes, de la Petite Section au CM2 !


Il ne s'agissait pas d'un projet d'école, simplement une envie de participer à une activité sympa en cette fin d'année si difficile et si particulière où beaucoup de sorties et de projets ont été annulés. Autant dire que la plupart des enseignantes n'attendaient que de se laisser porter ! J'ai donc eu très peu de demande spécifique, à part celle que les élèves puissent repartir avec leur propre production.


* Jours 1 et 2 le matin : des dragons et de la pluie dans les deux classes de maternelle


Pour ces deux classes mélangeant chacune PS, MS et GS, il fallait une activité qui puisse convenir à des enfants très jeunes (à partir de 3-4 ans) et adaptable aux différents niveaux. C'est Marie, une des maîtresses, qui avait une idée en tête et me l'a proposée. D'ailleurs, merci à elle car c'est son idée que j'ai en partie utilisée pour mon atelier d'avril en maternelle ! Et c'est aussi elle qui m'a contactée et a embarqué toutes ses collègues pour que j'intervienne dans son école... Alors MERCI <3 !



On a donc peint des dragons sur un fond de ciel pluvieux, à partir de l'album Lucie et le Dragon Nuage lu en classe. Comme pour l'atelier d'avril, on a commencé par dessiner la pluie au drawing gum avant de peindre les nuages une fois celle-ci sèche. C'est une activité tout à fait accessible même pour les plus petits (en tout cas en fin d'année), même si certains ont besoin d'être un peu plus guidés. Cette fois par contre nous n'avons pas fait de mer, car cela avait pris beaucoup de temps alors qu'il y avait très peu d'élèves. Je n'avais eu que 2 groupes, alors que cette fois-ci, il fallait en faire tourner 4. Il ne fallait pas prendre du retard d'un groupe à l'autre !



Les peintures sèchent en colonisant toutes les surfaces disponibles dans la classe !


L'autre différence avec l'atelier que j'ai mené en avril est que les élèves ont peint les dragons à l'aquarelle plutôt que de les colorier. Après plusieurs essais infructueux, nous avons réussi à imprimer mon modèle du Dragon Nuage sur du papier aquarelle ! Les Petits et les Moyens ont ainsi pu les peindre lors d'un atelier à part, dirigé par la maîtresse ou l'ATSEM.











De cette façon, les enfants peuvent peindre en expérimentant les couleurs et les mélanges sans se préoccuper de "dépasser", puisque le dessin sera ensuite découpé.


Les Grands, quant à eux, ont dessiné eux-mêmes leur dragon grâce à la technique du dessin dirigé ! Le résultat est vraiment génial je trouve !


Une fois les dragons découpés et le drawing gum enlevé, le tout a été assemblé.

Assemblage final de PS et MS

Assemblage final de GS




* Jour 1 l'après-midi : des nuanciers dans une classe de CP dédoublé

Fanny, la maîtresse de cette classe, était la seule (à part Marie bien sûr !) à avoir une idée très précise de ce qu'elle voulait. Ayant beaucoup travaillé sur les couleurs avec sa classe, elle voulait que les élèves créent un petit livre de nuances, à la manière des petits livrets de Yannick Grannec, et qu'ils inventent des noms pour leurs nuances inventées.

La première étape a donc été de créer un nuancier pour expérimenter les mélanges de couleurs de la palette. Un exercice technique pas facile du tout, surtout pour des CP ! Il faut en effet se repérer pas trop mal dans l'espace pour gérer le fonctionnement du tableau à double entrée, mais avec un peu d'aide ils s'en sont très bien sortis (l'expérience me montrera ensuite que les CP ne se débrouillent pas forcément moins bien que des CM2... à moins que ce ne soit le contraire) ! Les plus à l'aise pouvaient utiliser jusqu'à 6 couleurs, quand d'autres n'en ont pris que 4 ou 5.

Ensuite, les élèves ont utilisé leur nuancier pour choisir leurs mélanges préférés et les peindre sur des petits coupons de papier découpés au format A6. Ils ont ainsi pu en faire 5 ou 6 chacun, en expérimentant la façon si particulière qu'ont les couleurs de se mélanger grâce à l'eau. J'ai insisté sur le fait de laisser les couleurs bouger et se mélanger d'elles mêmes, et de ne surtout pas chercher à unifier la peinture : c'est tellement beau de voir les différentes nuances se fondre les unes aux autres !

des verts, des bleus, des rouges, des jaunes...


Quand tout a été sec, la maîtresse a assemblé les petites feuilles pour chaque élève et ajouté par-dessus une bande de papier calque où ils pouvaient écrire un nom inventé pour leur nuance (par exemple "bleu tristesse" ou "jaune soleil"). Ainsi on pouvait voir le nom associé à la couleur sans que ce soit écrit directement dessus, une super idée qu'elle a eue (les maîtresses ont toujours des supers idées) ! Une couverture de papier coloré a fini le petit livre et chacun est reparti avec. Malheureusement je n'ai pas de photo, mais j'ai pu voir un exemplaire et c'était très chouette ! J'ai d'ailleurs refait cette activité avec d'autres enfants, et voici ce que ça a donné :




* Jour 2 l'après-midi : des planètes dans l'autre classe de CP dédoublé

En ce moment, ma passion c'est les ciels étoilés, ça tombe bien c'est ce que préférait aussi Mathilde, la maîtresse de cette classe ! Comme les élèves étaient peu nombreux, je les ai rassemblés en cercles pour qu'ils puissent tous bien voir la démonstration. J'aime beaucoup cette configuration pour échanger avec les élèves.


A eux de jouer ensuite ! Comme d'habitude, on commence par le drawing gum, ici en faisant un maximum de petits points pour représenter les étoiles.


Le temps que ça sèche, je les ai à nouveau regroupés pour faire la démonstration à l'aquarelle... mais ça n'a pas suffi ! Nous nous sommes donc retrouvés devant le ventilateur pour accélérer le séchage, c'était comique à voir !


Pour faire leurs ciels, ils ont utilisé et mélangé du bleu, du rose, un peu de jaune, de rouge et de vert, et ma couleur préférée d'entre toutes : le gris de Payne. Certains ont ajouté aussi du noir. On pose les couleurs sur la feuille, et on laisse l'eau faire presque tout le travail. On obtient des turquoises sublimes, des violets envoûtants, des orangés mystérieux et des bleus profonds... j'adore !

Dernière étape : ajouter un paysage noir au premier plan. Un temps de séchage est absolument nécessaire (en plein soleil pour optimiser nos chances pendant la durée de la récréation, c'était suffisant cette fois !) pour que le premier plan ne vienne pas se fondre avec le ciel...


Mais avant ça, on retire le drawing gum ... eh oui, sinon les étoiles apparaîtront aussi au premier plan !

on frotte on frotte on frotte !


résultat final


Je suis trop fan du résultat, on se croirait vraiment dans un autre univers. Les élèves de CP ont été particulièrement attentifs et minutieux, c'était un bonheur (dans une classe dédoublée aussi, il faut bien admettre que c'est plus agréable à gérer et que je peux plus facilement être présente auprès de chacun des enfants pour les guider).



* Jour 3 : des lucioles à la nuit tombée dans la classe de CE1-CE2



Pour cette classe, je n'ai pas de photos des élèves en train de peindre (enfin si, une seule, prise par la maîtresse !) Souvent, quand je suis lancée dans mon atelier, j'oublie complètement de prendre des photos. Si je n'ai pas mon téléphone sur moi (et encore...) et si je ne me force pas à prendre le temps de faire le tour, je ne touche pas terre et finalement... pas de photo.


Ici, on reste dans les étoiles mais avec une autre ambiance, la douceur de la nuit tombée et la magie des lucioles. Pour le ciel, nous avons expérimenté la technique du dégradé, pour un fondu du rose au bleu sombre en passant par plusieurs nuances de violet. Avec les mêmes couleurs de base, nous avons vu que selon la quantité d'eau et de peinture de chaque couleur, on pouvait obtenir des ciels très différents !


Pour le décor, nous avons fait une praire herbeuse et fleurie qui allait laisser plus de champ libre aux envies de chacun. L'idée était de faire briller plein de lucioles sur la prairie, mais il faisait très chaud ce jour-là et la peinture séchait très vite. C'était difficile de doser la quantité d'eau du coup, et en particulier pour la prairie les élèves ont eu tendance à peindre trop dans le "sec". C'est possible de retirer de la peinture déjà sèche, mais c'est beaucoup plus long et laborieux que lorsqu'elle est encore bien humide. Du coup, il y en a moins que prévu au départ, mais le résultat est quand même sympa ! Et nous avons ensuite utilisé la même technique pour faire briller la lune.

douceur et quiétude sous ce beau ciel étoilé...


J'ai passé la journée entière dans la classe, nous avons donc eu le temps de faire une deuxième peinture l'après-midi, pour le plus grand bonheur des élèves. Nous sommes partis dans une activité complètement différente, très libre et très ludique : le mot peint à l'aquarelle.

Attention, ça tache !!


On commence par écrire le mot qu'on veut au crayon de papier léger. Certains ont écrit leur prénom, d'autres celui d'une personne à qui ils voulaient l'offrir, ou encore un mot qui leur plaisait (à tout hasard, "vacances" !). L'important étant de n'en écrire qu'un seul et en écriture cursive (en "attaché"). Puis on mouille les lettres en les suivant au pinceau fin et on ajoute de la peinture en variant les couleurs et en les laissant se mélanger.


La prochaine étape est la plus amusante : on secoue et on tape le pinceau pour lâcher de grosses gouttes, on tord et on relâche les poils brusquement pour faire des projections, on fait une grosse tâche de peinture bien mouillée et on souffle dessus dans toutes les directions !



A la fin, ça pète de couleurs dans tous les sens !

Les mamans ont eu beaucoup de succès !



* Jour 4 : des feux d'artifice dans la classe de CE2-CM1



Le modèle que j'ai proposé à la maîtresse

Béa, la maîtresse de cette classe, n'avait au départ pas de demande particulière, mais en discutant avec elle en début de semaine, elle m'a dit avoir travaillé sur la chanson "Les feux d'artifice" de Calogero, et elle se demandait s'il était possible de partir sur ce thème. C'était un défi pour moi, car je n'en avais jamais fait ! Mais l'idée me plaisait beaucoup. Heureusement, je n'intervenais dans sa classe que le vendredi, j'ai donc eu le mercredi pour voir ce que ça pouvait donner et en quelles étapes pour que ce soit facilement réalisable avec des élèves. Après quelques essais insatisfaisants, j'ai fini par trouver la bonne technique, et la maîtresse était emballée, donc banco !


Première étape, tracer une ligne horizontale pour délimiter la mer, puis tracer au drawing gum des formes de feux d'artifice dans la partie supérieure. On en fait 5 ou 6, puis on complète par des étoiles.





Pendant que ça sèche, on peut tout de suite commencer à peindre la mer. On commence par les reflets en choisissant des couleurs plutôt claires qui se détacheront bien du bleu de la mer, qu'on choisit plutôt foncé. C'est important de travailler dans le mouillé pour que les reflets se fondent bien dans la mer et n'aient pas de bordures nettes, qui ne feraient pas du tout naturel.

Attention de bien aligner le reflet sous chaque feu d'artifice !


Au moment de peindre la mer, on ajoute quelques petits traits bleus par-dessus les reflets colorés et dans l'eau, pour donner plus de relief et de réalisme.


Cette fois, il faut laisser sécher avant de faire le ciel, et ça tombe bien, c'est la récréation (une demie-journée de classe est parfaite pour un projet complet qui nécessite un temps de séchage : dès le retour de récréation on peut passer à la suite !).

Il faut bien mouiller tout le ciel à l'eau claire et commencer par peindre des cercles de couleur par-dessus les feux d'artifice (en prenant bien soin de respecter les couleurs des reflets dans la mer) ! Puis on complète avec un ciel très sombre en contournant les feux.


C'est fini, il ne reste plus qu'à attendre que ça sèche et frotter pour laisser apparaître les étoiles et les feux d'artifice !

Normalement, j'avais prévu d'ajouter tout à la fin de la couleur sur les feux d'artifice, mais au dernier moment j'ai préféré enlever cette dernière étape, qui risquait de trop recouvrir le blanc et de perdre l'effet lumineux. Et au final ça rend vraiment bien comme ça je trouve !

A regarder de loin pour un plus bel effet !

une des rares peintures réalisées en format portrait


L'après-midi, nous avons refait l'activité des mots à l'aquarelle avec les taches et les projections, et ça a de nouveau été un succès !



* Jour 5 : des créations en négatif dans la classe de CM1-CM2




Le matin, nous avons peint un paysage de coucher de soleil sur la mer, avec la silhouette d'une montagne à l'horizon. Mais cette fois-là, j'ai fait encore pire que les jours précédents : non seulement je n'ai pas pris de photo pendant la création des élèves, mais en plus j'ai oublié de photographier leurs œuvres terminées ! On peut seulement en voir un bout sur cette photo prise pendant l'activité de l'après-midi.



Pour la deuxième peinture justement, j'ai proposé quelque chose que je n'avais jamais fait : une création libre en négatif. Comme nous n'avions pas utilisé le drawing gum le matin, je voulais une activité qui permette de découvrir cette technique et en même temps de laisser plus libre court à la liberté et à la créativité des élèves. Chacun a donc pu faire le dessin qu'il voulait et en a retracé ensuite les contours au drawing gum.



Une fois sec, il suffit de peindre librement : soit en remplissant les formes de différentes couleurs (tel un coloriage classique, mais à l'aquarelle !), soit en peignant par-dessus et en mélangeant les couleurs de façon plus ou moins aléatoire.


C'était une bonne activité à faire en deuxième car les élèves avaient déjà pu tester et "ressentir" l'aquarelle à travers une activité plus technique et plus guidée. Il suffisait alors de leur rappeler certaines notions tout en leur montrant d'autres petites astuces, comme les gouttes ou les projections.


Le seul inconvénient est qu'il fallait attendre le lendemain que la peinture sèche avant de pouvoir enlever le drawing gum, puisque nous avons peint l'après-midi ! Malheureusement, c'était mon dernier jour dans cette école et je n'ai pas pu voir le résultat des peintures complètement terminées. Il faut les imaginer avec du blanc à la place des dessins gris et le joli contraste que ça peut donner !


Même la maîtresse a participé !



Et voilà 5 jours bien remplis d'activités avec des enfants de 3 à 11 ans ! Je vous retrouve bientôt pour vous raconter d'autres ateliers dont un très beau projet dans une école maternelle.