Nouvel atelier : le carnet de croquis fait main (partie 1)

Cet été, je me suis fabriqué un carnet de croquis en suivant un tuto de Cindy Barillet.

J'ai pris tellement de plaisir à le faire que j'ai eu envie de le proposer en atelier. Et pour le tester, il se trouve que j'avais sous la main mes neveux, que j'ai gardés quelques jours pendant les vacances de la Toussaint. Ils étaient ravis de me servir de cobayes, toujours partants pour des activités artistiques et créatives !


Cet atelier a donc été testé et approuvé par Lùca, 10 ans, en CM2 et Tessa, 7 ans, en CE1 !


Avant tout : réaliser la couverture de devant. A l'aquarelle bien sûr ! (A noter : il est toujours possible de faire la couverture une fois le carnet terminé si on n'est pas inspiré.e sur le moment, ou de faire une simple couverture de papier coloré.)


Pour un carnet A5, il faut prendre une feuille A4 mais laisser une bordure blanche, ou tout peindre mais garder en tête que les bords seront repliés à l'intérieur du carnet. Pour laisser la bordure blanche, nous avons pris comme modèle un carton de la taille de la couverture que j'avais pré-découpé.


Il est important de laisser un temps de séchage suffisant pour la couverture, soit en réalisant le carnet à un autre moment de la journée, voire un autre jour (c'est ce que nous avons fait), soit en donnant un petit coup de pouce grâce à mon "outil magique" dont je vous parlais dans mon article sur ma démonstration d'aquarelle en classe - c'est-à-dire... un sèche-cheveux !


Allez, c'est parti, on peut maintenant commencer le carnet en lui-même !


Première étape : plier les feuilles de papier pour former les "cahiers". Pour mon propre carnet, j'avais choisi le papier aquarelle de chez Rougier&Plé, il est selon moi d'un bon rapport qualité-prix, assez épais pour peindre des deux côtés, mais pas trop pour pouvoir se plier correctement. Il existe bien sûr d'autres papiers qui peuvent tout aussi bien faire l'affaire, comme le Paint'ON Multi-techniques de Clairefontaine, à grain ou lisse (c'est celui que j'ai utilisé pour cet atelier). L'important est d'avoir un grammage suffisant, 250 à 300g/m².


On plie simplement les feuilles en 2, en insistant bien sur la pliure à l'aide d'une règle. Il faut plier ainsi 16 feuilles, puis les regrouper 4 par 4 en les posant ouvertes les unes sur les autres avant de les replier, afin de former comme des petits cahiers. Avec nos 16 feuilles, on a donc 4 petits cahiers, chacun contenant 4 feuilles pliées en 2.



Deuxième étape : préparer les couvertures. On pose un cahier sur un carton pour en dessiner le contour, puis le découper. Pour le carton, celui d'une boîte à chaussures va très bien ! Pour un atelier en classe, peut-être que j'éviterai cette étape en pré-découpant des cartons au bon format, car il est vrai que ce n'était pas facile pour leurs petites mains !


On reproduit cette étape une seconde fois, pour avoir deux couvertures.



On habille ensuite la couverture arrière avec une feuille de couleur. Pour cela, on couvre un des cartons de colle (idéalement de la colle liquide, mais mes neveux ont utilisé leur tube de colle classique et ça a très bien fonctionné, il faut juste éviter les "paquets"), puis on le pose à peu près au milieu de la feuille. On appuie bien en chassant l'air pour bien coller, puis on découpe les coins avec un angle légèrement ouvert avant de replier chaque bordure avec de la colle.



Il faut ensuite faire de même avec la couverture peinte à l'aquarelle, en prenant soin de bien coller les bordures, quitte à maintenir la couverture sous un poids après collage.



Troisième étape : percer les cahiers et les couvertures. On maintient tous les cahiers ensemble à l'aide de pinces et on mesure sur le bord d'un cahier (côté pliure) pour faire une marque tous les 3 cm. Si Lùca est aguerri à l'utilisation de la règle graduée, pour Tessa c'était plus compliqué mais après lui avoir montré comment compter les centimètres et sur quel trait faire sa marque, elle s'est très bien débrouillée !


Après avoir reporté cette mesure sur toutes les tranches des cahiers ainsi que sur les couvertures, on a pu passer à la partie qu'ils ont préférée : le perçage ! A l'aide d'un poinçon et et d'une boîte en carton vide comme support, il faut percer sur les marques chaque cahier et chaque couverture... après rappel des règles de sécurité bien sûr !



Quatrième et dernière étape : assembler le carnet. J'avais amené plusieurs types de fil pour que chacun puisse choisir sa couleur préférée. Il faut un fil assez épais pour résister et maintenir les cahiers ensemble, mais pas trop pour pouvoir passer dans le chas d'une aiguille (il faut qu'elle soit relativement grosse d'ailleurs) !


C'est parti pour une activité qui demande de la concentration et de la patience, mais qui les a étonnamment captivés jusqu'au bout : la couture !


Et voilà le résultat !




Cet atelier sera très bientôt proposé officiellement sur mon site. Il prendra forme sous deux versions : une version pour les écoles et une version atelier parent-enfant. A suivre donc !


Dans mon prochain article, je vous montrerai ce que nous avons peint à l'intérieur du carnet. Mes neveux étaient au taquet et voulaient tester plein de techniques, peindre des oiseaux, des feuilles, des fleurs... Je vous montre ça très vite !


En bonus, voici une vidéo en accéléré de la fabrication de mon propre carnet de croquis. J'ai fait une simple couverture papier pour le devant et laissé le carton arrière brut. Pour mes prochains carnets je ferai des couvertures plus chiadées !



Catégories :