Je me lance dans la réalisation d'une fresque !

En novembre, je me suis lancée dans un nouveau projet : la réalisation d'une fresque. En réalité, j'aimerais élargir mon champ de compétence, essayer de nouveaux supports, de nouvelles techniques... de plus, une école de Montpellier m'a demandé d'en réaliser une sous son préau ! Alors quoi de mieux pour me lancer... que de faire l'essai chez moi !

Voyage voyage !

J'ai la chance d'avoir une terrasse, avec un mur plutôt grand, sur le côté. C'était idéal de pouvoir tester cette technique chez moi, sans trop d'engagement. Pour autant, j'avais quand même envie d'avoir un beau résultat, car j'allais l'avoir sous les yeux au quotidien ensuite... alors je ne voulais pas me rater !


C'est mon chéri qui a choisi le sujet : une plage, la mer, des bateaux ! Envie d'évasion à l'approche de l'hiver ? Oui, monsieur est un vrai Sudiste, il n'aime pas le froid !



Nous avons pris toutes les mesures et j'ai réalisé un dessin aux bonnes proportions.

Pour le composer, j'ai regardé beaucoup de photos de plages, mais aussi d'autres fresques pour m'inspirer et voir ce qui était réalisable. Je savais que je voulais intégrer un ponton pour rappeler le bois du banc au pied du mur, ainsi qu'un bout de maison à l'extrémité, qui n'est pas cachée par le banc, pour pouvoir par la suite prolonger ma fresque sur le mur de notre appartement.




C'est parti !


Première étape (après lessivage du mur) : appliquer du gesso, c'est-à-dire un apprêt, ou autrement dit une sous-couche. J'étais très contente de ma petite bouteille trouvée chez Action, mais... j'étais un peu optimiste ! Elle a suffi à couvrir à peine 1/4 du mur. Confinement oblige, le magasin d'arts créatifs où je me fournis généralement était en rupture de stock. Enfin, sauf le Liquitex à 33€ la bouteille de 946ml (apparemment, faire un contenant de 1L c'est trop compliqué) non MERCI !


J'ai donc dû mettre mon apprêt en pause pendant une journée le temps de recevoir celui commandé sur le site sur lequel c'est très mal de commander mais qui livre très vite.


Le mur est prêt pour le dessin !


Ouf, mon nouveau gesso est arrivé et j'ai pu finir le mur. Mais avant de reproduire le dessin dessus, il faut d'abord refaire le quadrillage. Bien sûr, il faut que tout soit bien droit, et bien sûr il est impossible de se fier au moindre angle sur le mur : rien n'est droit dans notre appart, la terrasse ne fait pas exception. Armée de ma règle 50cm et du niveau, je suis vaillamment et patiemment venue à bout de ce travail très fastidieux. On dira que pour la prochaine fois, j'essayerai de me procurer du meilleur matos et, soyons fou, quelqu'un pour m'aider !



Ceci dit, le temps investi sur cette étape est loin d'être superflu, car la reproduction du dessin est largement facilitée ensuite. J'ai choisi des cases de 20x20 qui correspondaient à des cases de 2x2 sur mon dessin.








Le dessin fait, il est temps de passer à la peinture. J'ai décidé de commencer par les deux plus grosses surfaces de mon sujet : le ciel et la mer. Avant de me lancer, j'ai testé mes différentes nuances de bleu, pures, avec du blanc et avec du noir. Par la suite, j'ai fait de même avec toutes les couleurs que j'avais.



Même en hiver, en plein soleil sur la terrasse, ça cogne !

Pour le ciel, j'ai fait un léger dégradé : la couleur est plus foncée en haut, et s'éclaircit vers l'horizon. Ma couleur d'origine était très foncée (pas de bleu ciel dans la gamme proposée par Rougier&Plé), j'ai donc ajouté pas mal de blanc. Quand j'ai terminé, j'ai trouvé le résultat très (trop) foncé. Mais après une matinée de travail, je n'étais pas très motivée pour recommencer !


Je suis donc passée à la partie mer, en protégeant le ciel avec un scotch de masquage au niveau de l'horizon. Cette fois, j'ai mélangé plusieurs types de bleu (primaire, phtalo et cobalt) avec des touches de turquoise. Mon mur étant très irrégulier, avec beaucoup de creux, j'ai eu pas mal de difficultés à remplir une telle surface ! Mes larges coups de spalter laissaient beaucoup de blanc, et j'ai du repasser partout avec un pinceau à bout rond, pour combler les trous. J'en ai profité pour apporter des nuances dans l'eau.


Petit trou par petit trou, il faut remplir tous ces blancs !

Après le ciel et la mer, la plage. Cette fois, j'ai testé les ocres, les jaunes et les marrons sur ma palette. En comparaison de la surface occupée par la mer, je pensais que la plage serait vite terminée, mais il m'a quand même bien fallu 2h30 pour la faire, soit autant de temps. Pourquoi ? Je ne sais pas trop... Peut-être parce que l'espace étant plus restreint je ne pouvais pas utiliser de spalter très large, peut-être aussi parce que l'emplacement rendait la peinture plus éprouvante physiquement.


Comme pour la mer, j'ai apporté des nuances plus claires ou plus foncées par endroits. J'ai utilisé de l'ocre jaune, du gris chaud et du blanc. J'ai utilisé mes restes de gris et de blanc sortis du tube pour faire les nuages à l'aide d'un tampon.


Le ciel paraît maintenant beaucoup plus clair avec le bleu foncé de la mer.

Les plus grandes surfaces terminées, c'est parti pour les plus petits éléments, en commençant par le ponton et le tronc du palmier, qui vont utiliser sensiblement les mêmes couleurs (avec des tons plus clairs pour le palmier).

Si j'ai mon ordinateur posé à proximité à partir de maintenant, c'est parce que je me réfère aux nombreuses photos - de pontons, de palmiers, de bateaux - que j'ai mises de côté pour m'inspirer !








Après le marron, le vert (j'ai eu les doigts verts pendant un bon moment !) puis viennent ensuite les bateaux et les oiseaux, qui demandent plus de minutie, avec un pinceau bien plus fin donc, sans oublier qu'il est difficile d'être précis avec ce mur plein de trous !


Ça commence à avoir l'air fini, et pourtant ça ne l'est pas !



Il reste un gros morceaux que j'ai gardé pour la fin : le bout de maison. J'aurais pu le faire plus tôt, notamment quand j'ai fait les parties marron, mais à vrai dire, je n'étais pas bien sûre de la couleur que j'allais lui donner (la maison était bleue sur le dessin d'origine) et je préférais avoir un bon aperçu du reste de la fresque pour que les couleurs s'équilibrent. De plus, l'idée étant de poursuivre maison en sur le mur adjacent, il fallait que la couleur choisie convienne aussi pour tout l'autre mur. Il fallait donc que ça nous plaise ! Là encore, j'ai missionné monsieur (trop de responsabilité pour moi toute seule !) qui a opté pour un rouge foncé.



J'ai peaufiné le toit, les poutres et le mur de la maison : ajouter des ombres et des effets donne du volume, de la profondeur, et donc plus de réalisme.


Il a fallu enfin ajouter plus de 3h de travail juste pour les finitions de la fresque : retouche de peinture aux endroits où elle a débordé, ou au contraire là où le scotch de masquage a laissé trop de blanc, ajout de petits détails comme les reflets des bateaux et des montagnes dans l'eau, affinage au petit pinceau sur les petits éléments où la peinture était parfois grossière, etc.



L'étape finale est le vernissage en deux couches avec un vernis spécial pour l'extérieur.




En tout, il m'aura fallu une trentaine d'heures pour la réalisation de cette fresque, du premier coup de gesso à la dernière touche de vernis !





J'ai hâte de faire la fresque prévue dans mon ancienne école, mais j'espère aussi avoir l'occasion d'en faire plein d'autres, que ce soit pour des écoles ou pour des particuliers. J'ai envie de tester plein de sujets et de styles différents. D'ailleurs, si vous avez un projet en tête, n'hésitez pas à prendre contact avec moi !


Catégories :